accueil

Un modèle de viticulture de terroir

Un vignoble unique au monde

Nulle part au monde la volonté de relier le vin au lieu qui l’a produit, de l’identifier par son origine, n’a été poussée aussi loin qu’en Bourgogne. Il en est résulté un vignoble extrêmement parcellisé, créant une mosaïque de plus de 1000 Climats se dessinant sur la Côte de Nuits et la Côte de Beaune. La Bourgogne est le seul vignoble au monde à avoir constamment ou obstinément, durant 2000 ans, privilégié l’identité de ses Climats.

Afin de définir l’identité de la viticulture de Central Otago, en Nouvelle Zélande, il a fallu, et cela reste essentiel, continuer à s’inspirer du modèle de viticulture de terroir de la Bourgogne et de ses climats.

Nicks MILLS, Président de Central Otago Winegrowers association (inc.)

Le vignoble de Côte-d'Or, modèle de viticulture de terroir
Protégée au cours de l’histoire, l’identité des Climats et des crus qui leurs sont associés, a été gravée dans le marbre des AOC (Appellation d’origine Contrôlée) en 1936. C’est pour cette raison que les Climats de Bourgogne représentent une exception dans l’ensemble des vignobles du monde et constituent le modèle de la viticulture de terroir, reproduit dans d’autres pays (Nouvelle-Zélande (Central Otago), Etats-Unis (Oregon)…).

Génie du lieu, génie des Hommes

Les Climats sont nés de la rencontre entre un sous-sol très diversifié et la détermination des hommes qui, au fil des siècles, ont cherché à révéler et à identifier le potentiel des terroirs de la Côte, à travers la règle du monocépage (Pinot noir pour les vins rouges, Chardonnay pour les vins blancs).

Chaque Climat possède son histoire, ses caractéristiques propres (la nature du sol, l’inclinaison de la pente, l’altitude, l’ensoleillement, le cépage) et produit un cru particulier. C’est cette notion qui explique aujourd’hui qu’à quelques mètres, la même appellation ne produise pas le même vin d’une parcelle à une autre. 

A l’origine de la Côte viticole est une faille

Une particularité géologique qui, loin de constituer une faiblesse, s’est avérée salutaire pour l’environnement et les vins bourguignons, des origines à nos jours.

Une situation géographique particulière

Les Côtes de Nuits et de Beaune s’étirent sur près de soixante kilomètres de Dijon aux Maranges, au sud de Beaune, sur un à deux kilomètres de large au maximum. Il s’agit d’une succession de coteaux entre 200 et 450 mètres d’altitude, exposés est/nord-est et orientés vers le sud-est, entre le fossé d’effondrement que constitue la plaine de la rivière de Saône et des plateaux calcaires occupés par des friches, des bois et des pelouses calcicoles.

…Héritée d’une histoire géologique mouvementée

C’est l’effondrement et la fracture, il y a trente millions d’années, du socle granitique et de sa couverture sédimentaire d’origine marine qui ont conduit à la formation d’une grande faille, avec la présence de nombreuses failles satellites qui découpent et juxtaposent des couches géologiques d’âges ou de natures différents, créant une mosaïque de sols diversifiés. Cette cassure a remonté vers la surface des couches de terrains calcaires et argileux fort anciens (environ 160 millions d’années) créant un escarpement dont témoigne le relief de la Côte qui surplombe la plaine humide à ses pieds.

La lente érosion de l’ère Tertiaire et du Quaternaire pendant la période glaciaire, a par la suite façonné cet escarpement. Il l’a structuré en deux espaces longitudinaux : la Côte de Nuits, au nord, dont la structure géologique relève les affleurements du Jurassique et celle de Beaune, au sud, qui les abaisse. Elle a également creusé les vallées transversales, appelées combes, aujourd’hui sans écoulement pérenne.