accueil

Des traditions vivantes

Au rythme des saisons

Les Climats du vignoble de Bourgogne constituent un conservatoire unique et vivant de savoir-faire et de traditions, hérités des siècles passés. Au fil des saisons, elles rythment la vie viticole.

La vente aux enchères publiques des vins des Hospices de Beaune

Organisée le troisième dimanche du mois de novembre, cette tradition de la vente des Hospices de Beaune est née en 1859. Propriétaire de près de 60 hectares de vignes, l’établissement de charité avait préalablement instauré la vente de ses vins pour le bien commun selon des modèles différents (vente à l’amiable jusqu’à la Révolution, vente par soumissions au début du xixe siècle). Depuis 1959, la vente se déroule sous la grande halle. Précédemment, elle prenait place dans la Chambre du Roi des Hospices (jusqu’en 1925), puis dans la cuverie. Elle se déroule désormais dans les Halles. La vente des vins des Hospices de Beaune constitue aujourd’hui la plus ancienne et la plus célèbre vente vinicole de charité au monde.

La vente aux enchères publiques des vins des Hospices de Nuits 

Cette vente se tient quant à elle le troisième week-end de mars.

La Confrérie des Chevaliers du Tastevin 

Fondée par un groupe de vignerons mené par Georges Faiveley et Camille Rodier, la confrérie voit le jour en 1934 à Nuits-Saint-Georges. Elle se donne pour mission de valoriser les produits de la Bourgogne, notamment les grands vins, la cuisine régionale, les coutumes et traditions du folklore bourguignon… à une époque ou la France traverse une crise économique profonde.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle acquiert le Château du Clos de Vougeot. Ce haut-lieu cistercien devient alors son Chef d’Ordre. Des commanderies et sous-commanderies sont rapidement créées à l’étranger (New-York en 1939) afin d’assurer le rayonnement international de l’association.

Comptant 12 000 chevaliers dans le monde, la confrérie est une actrice incontournable des grands événements régionaux. Elle est à l’origine de la fête de la Saint-Vincent tournante, du Tastevinage et de la restauration du Château du Clos de Vougeot. 

Pourquoi Saint-Vincent est le Patron des vignerons ?

Saint Vincent, devenu Saint patron des vignerons par la phonétique « Vin-Sang », est fêté chaque 22 janvier par chaque société de Saint-Vincent.

Les sociétés d’entraide de Saint-Vincent

Dans chaque village viticole, les vignerons se regroupent au sein d'une société de Secours mutuel, placée le plus souvent sous la protection de Saint Vincent. Nées au XIXe siècle, ces sociétés sont l'expression de la solidarité entre les hommes de la même corporation ; chaque membres s'engageant à subvenir aux besoins ou à aider les membres les plus âgés, malades ou accidentés. Ils prennent le relais si l’un d’eux ne peut assurer le travail de ses vignes ou de sa cave. Cette pratique a encore cours aujourd'hui. 

La Saint-Vincent Tournante

Créée en 1938 par la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, la Saint-Vincent Tournante est une fête des vignerons et des sociétés de secours mutuel de Bourgogne célébrant leur saint patron. Elle se déroule chaque année au cours du dernier week-end de janvier dans un village différent de la Côte viticole. Cette caractéristique marque bien le désir « de défendre avec la même ardeur tous les vins de Bourgogne sans exception ». Selon un rituel précis, la fête débute par le défilé des confréries portant statues et bannières à l’effigie de saint Vincent et se poursuit avec l’office religieux et l’intronisation des vignerons les plus âgés du pays dans le Confrérie des Chevaliers de Tastevin. En 2012, la 68e édition mettait à l’honneur les Climats de Bourgogne, se déroulant à Dijon, Nuits-Saint-Georges et Beaune.

La paulée

La paulée célèbre traditionnellement la fin des vendanges. Les anciennes paulées consistaient en un banquet offert par le propriétaire à ses ouvriers viticoles.

Sur l’initiative de deux grands propriétaires de Meursault, Jules Lafon et Jacques Prieur, et sous la tutelle du syndicat d’initiative de la ville, une première paulée « rénovée » fut organisée en 1923… et instaurée le lundi suivant la vente des hospices de Beaune, en novembre. De 60 convives en 1926, la paulée passe à 300 participants en 1928.

Elle réunit essentiellement des notables, les maires des communes viticoles, les présidents des syndicats viticoles, des grands propriétaires et négociants, des journalistes régionaux et nationaux, des hommes de lettres et du spectacle, des personnalités du tourisme, etc. La gastronomie bourguignonne et le vin en sont les catalyseurs. La coutume, toujours en vigueur, veut que chaque convive apporte une ou plusieurs bouteilles de son meilleur vin, offertes à tous sur la table du banquet. Clôturant les « Trois Glorieuses » (jours de festivités suivant la vente des hospices de Beaune), la paulée de Meursault réunit aujourd’hui les vignerons et leurs meilleurs clients venus du monde entier.